notre maison en paille à Beauvène

Bienvenue

18 avril, 2012

fin d’hibernation-lacerta

Classé dans : Non classé,petites bêtes — maisonenpailleabeauvene @ 19:13

Bonjour à tous…

pas grand chose  en travaux de puis l’automne; à part le jardinage et les plantations.

Par contre voici le réveil du dragon du potager:

en grande forme, il nous fait du charme avec son bleu incroyable!

fin d'hibernation

 

Si des initiés arrivent à le nommer, on veut bien  connaitre son nom:  Lacerta Bilineata ou Lacerta Viridis?

D’après sa répartition il serait sans doute « bilineata »; soit deux bandes blanches sur le dos et la queue, bon là: il est tout vierge le notre! Déjà trop âgé pour les bandes ? Pourtant il est pas bien gros (remarque, il vient de re-sortir).

fin hibernation02

 

Quoi il en soit sa coloration est magnifique.  Ah…l’Amouuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuuur!

fin d'hibernation

 

Rien de plus.

A+

 

ah, si! comme d’hab:

le pire, c’est les pubs intégrées:

12 décembre, 2011

petits problèmes sur le site

Classé dans : Non classé — maisonenpailleabeauvene @ 10:24

bonjour,

unblog.fr a changé ses fonctionnalités courant décembre, depuis c’est un peu le bazar : on a perdu quelques brouillons, et des albums…bref … on reprend nos marques pour compléter le site pour la suite.

pour les habitués:  si vous rencontrez des problèmes (lecture, connexion) dites-nous.

A+

4 décembre, 2011

local technique

Classé dans : Non classé — maisonenpailleabeauvene @ 19:13

L’hiver approche doucement, il faut donc isoler le local technique.

Le mur en palette est déjà posé (merci Serge).

 

Deux Week end et le tour est joué.

1 er WE : avec les parents Rubin
Pose du liège sur la lisse basse :

 

26nov3.jpg

26nov4.jpg

remplissage du mur avec la technique du coffrage :

Bâtichanvre, chévenotte, eau

26nov7.jpg

26nov11.jpg

26nov.jpg

 

27nov.jpg

2 ième WE :

Pose du liège sur lisse haute :

4dc002.jpg

4dc001.jpg

 Pose du pare pluie :

4dc05.jpg

 Pose des liteaux nécessaires pour la lame d’air :

4dc008.jpg

Pose du bardage :

4dc006.jpg

4dc021.jpg

4dc015.jpg

Et voila le travail !

4dc020.jpg

1 décembre, 2011

images d’ici-nov 2011

Classé dans : IMAGES D'ICI — maisonenpailleabeauvene @ 12:57

Après la pluie (déluge de début de mois), le beau temps!

Pas de droits sur l'album 249811

 

 

14 novembre, 2011

les étagères du cellier

Classé dans : Non classé — maisonenpailleabeauvene @ 23:10

Pendant les dernières vacances scolaires nous avons pris le temps de faire le mur de soutient des étagères de notre futur cellier (juste une petite pièce avec plein d’étagères pour stocker, la nourriture et divers, pas trop loin de la cuisine). On a mis à profit les dernières intempéries pour effectuer les travaux à l’intérieur.

 

Pour l’instant pas de pièce spécifique: tout reste ouvert.

nov2011murcellier.jpg

 

Quelques étapes:

- pose des panneaux fermacell

24oct2011murcellier.jpg

 

28oct2011murcellier.jpg
Pour le peindre, j’ai utilisé la technique « traditionnelle » de la peinture de chevalet pour apprêter les supports (toile ou bois). Sauf que là, j’en n’avais  jamais d’aussi grand! (mal aux bras, quand même!) Cela permet de rendre le support moins poreux, d’effectuer un fonds lumineux lisse ou avec effets de matières…et j’en passe.
Le liant de la peinture à la colle est le même: la peau de lapin. Elle résiste très bien au variation d’humidité et laisse « respirer » le support. Les pigments: que des ocres et de la craie (blanc de meudon) des valeurs sûres.

 

-une passe de colle de peau de lapin, les joints et masquage au mastic blanc-meudon, puis une passe gesso:

30oct2011murcellier1.jpg

 

 

- première couche de peinture à la colle de peau:

01nov2011murcellier.jpg

 

- deuxième couche de peinture

01nov2011murcellier2.jpg

 

-et la dernière:

03nov2011murcellier.jpg

Comme il s’agit d’une peinture tempera, donc sensible aux coups d’éponge, un petit encaustiquage remédiera à ce problème. En plus, cela approfondit les tons et met en valeur les nuances des couches.

encaustique:

04nov2011prepencaustique5.jpg

 

une couche, puis piquage de pigments sur chaque couleur:

effets assurés!
nov2011murcellierachev.jpg

 

le petit plus: le lustrage! (si, si on voit que cela brille!)
05nov2011murcellierachev4.jpg

 

Voili, voilà.

 

Voici les couleurs les plus proches de la réalité:

05nov2011murcellierachev9.jpg

et ben oui, tout ça pour la déco des étagères! c’est très chouette!

 

 les pubs intégrées: c’est le pire!

 

12 novembre, 2011

araignée crabe

Classé dans : petites bêtes — maisonenpailleabeauvene @ 21:49

une jolie toute petite velue, découverte sous les feuilles dans le potager:

oreliimagesnov2011heriaeushirtus01.jpg

 

 

oreliimagesnov2011heriaeushirtus02.jpg

 

 

 

 

10 novembre, 2011

Ô poêle !

Classé dans : Non classé — maisonenpailleabeauvene @ 16:11

02nov20110021.jpg

 

Avec l’arrivée du ciel couvert et de l’humidité, nous avons installé le poêle à bois.

Ce n’est pas vraiment qu’il fasse froid, mais les rarissimes rayons de soleil ne suffisent pas à augmenter durablement  la température constante (18°C) dans la maison. Par contre dès que le soleil pointe son nez… les pièces se réchauffent très agréablement.

On apprécie donc les 2 ou 3 degrés supplémentaires offert par le feu, mais surtout: un foyer allumé c’est magique! D’autant plus  quand il fait nuit dès 18h00.

 

02nov2011003.jpg

 

 

 

quelques étapes de mise en place:

- le conduit de fumée maintenu dans les boisseaux

1nov2011008.jpg

 

- billes d’argiles et pouzzolane pour l’isolation

1nov2011002.jpg

 

1nov2011006.jpg
- le petit chapeau, et voilà pour en haut!

1nov2011010.jpg

 

1nov2011003.jpg

 

 

- le conduit du poêle:

1nov2011004.jpg

 

- une petite plateforme pour surélever et bien ajuster l’ensemble

1nov2011005.jpg

 

-  il n’y a plus qu’à:
1nov2011007.jpg

 

 

… et voilà:

02nov2011001.jpg

 

 

 

les pubs intégrées: c’est le pire!

4 novembre, 2011

finition plaques de gypse-cellulose (peinture à la colle animale)

Classé dans : peinture colle animale,TECHNIQUES — maisonenpailleabeauvene @ 11:01

 

PEINTURE A LA COLLE SUR PLAQUES DE GYPSE-CELLULOSE 

avantage des plaques: elles sont planes et lisses, inconvénient: très poreuses.

pour ne pas annuler ses qualités « perspirantes » et ses capacités  hygroscopiques, le choix du liant à la colle et de la charge : mêmes propriétés.

Préparation du support

  • ponçage léger de toute la surface, retirer la poussière avec simple chiffon.
  • préparation de l’apprêt maigre, à la colle de peau de lapin . L’hydratation de la colle sèche s’effectue plutôt la veille.

                                         recette de base:

100g colle sèche/1L eau.

Laisser gonfler la colle sèche dans le litre d’eau froide (plusieurs heures: la nuit par ex, c’est plus   pratique!) dans un récipient non ferreux.

Faire chauffer la colle réhydratée, au bain-marie : NE PAS DEPASSER 70°C! (annulation de ses propriétés collantes) donc UTILISER UN THERMOMETRE (à confiture, par ex) en permanence dans la colle qui chauffe (éloigné des bords et du fond: sinon cela fausse la prise de la température).

Moi, je laisse « tourner » à 65°C, en mélangeant fréquemment. J’utilise une plaque électrique que je laisse ensuite au minimum ou que j’augmente au besoin.

 

  • application de l’apprêt, colle claire:

- application au rouleau, ce n’est pas très habituel, mais vu la surface…

- mise en œuvre à chaud . Prévoir donc un récipient de travail à maintenir dans de l’eau chaude. Je ne retire, de la colle chauffant au bain-marie (65°C), que la quantité nécessaire à un ou deux passages général de rouleau: elle refroidit très vite.

- une seule » couche » uniforme sur toute la surface: ne pas effectuer de retour de gestes sinon la colle  précédente se détache.

NB: réversibilité à l’eau

  • rebouchage (tête de vis et joints entre plaques) au gros blanc:

                                         recette mastic:

colle blanc lissé (peu)= cf. recette suivante:blanc de lissage + blanc de meudon (beaucoup).

A effectuer en toute petite quantité, au fur et à mesure: travail à chaud.

oct2011prepgesso2.jpg

Mélanger jusqu’à obtention d’une pâte souple. Je le prépare sur plaque de verre (on peut la faire tiédir) en la texturant (écrasé/mélangé) avec un couteau à peindre ou de carrossier. Ne pas laisser refroidir!

Il s’applique comme tout enduit de rebouchage (ici avec le couteau de carrossier); cela dit, l’exécution doit être rapide: la pâte de réserve est maintenue « au chaud » dans la main qui ne travaille pas.

oct2011murcellier.jpg

+ ponçage a besoin pour éviter l’apparition des raccords.

 

  • apprêt blanc, blanc de lissage:

                                         recette blanc de lissage:

colle claire (cf. recette de base.) 1L environ + 1kg blanc de meudon (craie).

Verser en une seule fois la craie, attendre qu’elle descende dans la colle chaude (les bulles d’air s’échappent tranquillement), il faut mettre la plaque de chauffe au minimum ou bien même l’éteindre complètement. Mélanger le tout une fois que la craie est bien imbibée. On obtient ainsi une texture lisse et un peu épaisse.

Remettre à chauffer (toujours à moins de 70°C!). On peut aussi attendre son complet refroidissement, puis remettre en chauffe: il paraît que son pouvoir collant est augmenté.

NB: Cette préparation, tout comme la colle de peau, se conserve au réfrigérateur quelques jours (2 à 4 jours, d’après mes observations).

application

A chaud! ici: au rouleau, en deux passes. Attention aux dégoulinures sur le support vertical!

NB: réversibilité à l’eau

finition plaques de gypse-cellulose (peinture à la colle animale) dans peinture colle animale 30oct2011-mur_cellier-11-199x300

apprêt blanc première couche

 

Peinture à la colle de peau de lapin

  • préparation

- liant de base: colle claire (cf. recette de base) aux proportions:  50g/1L

-détrempe et broyage des pigments:

Ici, les pigments sont à la fois charge et colorant; essentiellement ocres ou terres ils sont très facilement miscibles dans l’eau et ne réagissent pas à l’acidité de la colle de peau [ce qui n'est pas le cas de certains pigments artificiels, synthétiques et des oxydes (mêmes naturels)].

Placer le pigment ou la charge (blanc de Meudon) sur une plaque de verre (ou tout support résistant et plan) en petit tas avec un puits.

Mouiller avec de l’eau (l’utilisation d’une pipette évite les accidents de noyade ). Attendre un peu que la poudre absorbe le liquide puis malaxer/écraser au couteau à peindre ou à la spatule de carrossier. Si la finesse des grains des ocres est trop grossière, il faudra alors utiliser une molette en verre (technique à part du broyage).

Il faut obtenir un mélange parfait, lisse assez épais puisqu’on lui ajoutera le liant liquide.

- mélange détrempe/ liant ( chaud)

Adjoindre, à la détrempe colorée, de la colle de peau chaude jusqu’à l’obtention de la texture picturale souhaitée en mélangeant intimement.

Avec l’habitude (et/ou selon préférence), on introduit la pâte détrempée dans la quantité de liant nécessaire contenu dans un récipient adéquat maintenu à chaud, ce qui évite de faire refroidir la peinture.

Laisser au bain-marie (65°C) les peintures ou les remettre à chauffer au fur et à mesure des besoins.

NB: attention à ne pas les faire réchauffer trop souvent, le pouvoir collant de la colle animale diminuerait.

  • application

Encore une fois: à chaud. Mettre la quantité nécessaire dans un petit récipient tenu au chaud.

Outils: au spalter ou au petit rouleau (pas pratique car la peinture y refroidit très rapidement, on peut alors le « faire réchauffer » en le trempant dans de l’eau bien chaude, puis l’essorer).

dans tous les cas: nécessite un travail rapide.

 

ici, réalisation en 3 couches:

- première: un jus coloré qui donne le ton général (ocre jaune pur).

- deuxième: peinture plus opaque, composition et colorisation.

- troisième: peinture plus fluide,  rehaussement de la couleur initiale ou création de nuances.

01nov2011-mur_cellier-300x199 dans TECHNIQUES

première couche peinture colle

02nov2011-mur_cellier-199x300

deuxième couche peinture colle

03nov2011-mur_cellier-nuancier

troisième couche peinture colle- nuancier

 

NB: réversibilité à l’eau

 

Protection à l’encaustique

  • préparation

En produits de base: cire d’abeille (ici: locale)  et cire de carnauba (pas locale).

nov2011prepencaustique2.jpg

 

Vu la dangerosité de sa réalisation je n’en dis pas plus.

 

nov2011prepencaustique4.jpg
Je n’ai jamais utilisé d’encaustique prêt à l’emploi, mais cela doit fonctionner (?), vérifiez quand même la composition du produit si vous êtes exigeant quant à la nocivité des composants.

 

  • application

04nov2011prepencaustique6.jpg
Frotter la surface avec une brosse ronde courte (ici ligaturée, cela évite de trop écraser les poils et que la cire ne charge trop à l’intérieur de l’outil);  la couche frottée doit être très fine (pas de dépôt surplus).

NB:  réversibilité  à l’essence de térébenthine

  • effets supplémentaires

On peut nuancer ou varier les tons, juste après le passage de l’encaustique sur la surface désignée: il est encore « ouvert » tant qu’il n’a pas « refroidit », en saupoudrant de poudre de pigments.

La chose n’étant pas commode puisque habituellement le travail s’effectue horizontalement; ici: dépôt des pigments à la brosse éventail (pas facile et de la perte!). Planter la poudre (la faire entrer dans l’encaustique) en les tapant avec une brosse (à meuble: poils durs).

nov2011murcellierachev14.jpg

 

nov2011murcellierachev12.jpg

  • lustrage

Le top du top: du brillant! Donne du relief et de la profondeur aux nuances colorées.
Un petit coup de brosse à lustrer,  mouvements amples et légers à la brosse, aller-retours rapides.

nov2011murcellierachev3.jpg

Voiloù! Vous pouvez admirer votre œuvre et même, vous en féliciter!

 

24 octobre, 2011

début d’automne

Classé dans : Non classé — maisonenpailleabeauvene @ 13:25

orelipotronminetoct2011.jpg

un vrai potron-jaquet!

nous savons qu’il y en a qui demande ce qu’on fabrique … du si peu de nouvelles…

 

Bon ben, c’est qu’on y va tranquilou et que nous aménageons notre vie avec plein de menus détails divers et variés mais néanmoins essentiels.

genre:

-le bois de chauffage:

oct2011bois04.jpg

 

oct2011bois031.jpg

 

oct2011bois02.jpg

 

oct2011bois011.jpg

 

- l’aménagement paysager :

oct2011ext01.jpg

 

oct2011ext03.jpg

 

oct2011ext02.jpg

 

 

- l’aménagement domestique:

oct2011samanger2.jpg

 

oct2011meublecuisine1.jpg

 

- l’aménagement potager:

oct2011potager01.jpg

 

oct2011potager02.jpg

 

 

et je vous passe les autres aménagements perso comme de tout à chacun…

 

ps: les pubs intégrées, c’est le pire!

23 octobre, 2011

garder l’humidité au potager

Classé dans : PAILLE, PAILLONS, PAILLEZ...,Potager — maisonenpailleabeauvene @ 22:37

La terre de notre potager est acide, pauvre et sablonneuse. Elle était anciennement  garnie de genêts, en la travaillant, on a même pu trouver la roche à moins de 1 mètre de profondeur. Mais, nous sommes tenaces: le potager sera là!

Les apports annuels de compost domestique (on en a pas beaucoup, en fait) ne suffisent pas pour l’instant pour la transformer réellement : »faire venir une vie active en sous-sol »: biotope, pas TipTop. D’ autant que si on la laisse à nue, la terre est lessivée à chaque pluie et devient une croûte très compacte quand le soleil s’y met. De plus, notre terrain est en pente, donc la terre effectue des escapades  régulièrement.

oreli-potager_oct2011_02

Ouh, la voilà la vilaine!

orelipotagerjuin201101.jpg

 

 

Solution adoptée: de la paille, de la paille et encore de la paille …

LE PAILLAGE:

- en surface, évidemment: toujours les même qualités décrites par les jeunes et moins jeunes jardiniers [quoique, par ici, les gens binent, binent et re-binent...gare au brin d'herbe...]. Par contre, l’été: les plants, même développés, ont soif (et l’eau ici est précieuse comme partout ailleurs, d’ailleurs, donc: on arrose modérément); la terre ne garde pas l’humidité,  manque d’humus!

- le paillage en profondeur:

Il y a 2 ans, avant de préparer la terre pour le potager de printemps, à certains endroit nous avions enseveli de la paille (au moins à 50 cm), en bonne quantité: et bien c’est là que l’humidité reste le mieux encore actuellement. L’été aucun problème: peu d’arrosage!

oreli-potager_sept2011_01
Par contre, il faudrait enrichir ces endroits parce que la décomposition du carbone (paille, par ex), nécessite de l’azote: et ça, elles en ont besoins nos petites plantations.

[c’est pas moi qui le dit c’est M. SABOT, dans:   La pratique du compostage et des toilettes sèches.]

- millepaille en fosse ou l’amélioration du procédé

- 1. une étroite fosse (environ 40 cm de profondeur) :

orelipotageroct201101.jpg

 

-2. d’abord de l’eau pour bien humidifier en profondeur, puis j’ajoute une couche de notre compost toilettes sèches ( pour l’instant pas trop mûr vu qu’on habite dans le coin depuis peu de mois).

orelipotageroct201104.jpg

 

- 3.  ensuite: paille, la terre prélevée, paille et re-terre .

 

orelipotageroct201105.jpg

- 4. pour finir, agrémentez d’un rebord (ici, c’est du bambou) suffisamment haut pour retenir la terre de la parcelle. Avant de refermer, j’y ai accolé de grosses poignées de paille afin d’éviter que la terre meuble ajoutée ne n’échappe et ne s’assèche trop vite (du long terme, pensons à et en long terme!).

orelipotageroct201107.jpg

j’ai ensuite semé de l’engrais vert sur toute la parcelle…

Bref, on verra ce que cela donne…!

12345...7
 

zincetpatines |
Dessinateur Bâtiment |
aebatiment |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Lyli & Cie
| Il était une fois dans les ...
| nadege2002